Vos contributions

Retrouvez sur cette page les contributions déposées. Pour faciliter votre recherche, vous pouvez choisir, à l'aide du menu déroulant, le secteur géographique qui vous intéresse. Pour consulter une contribution, cliquez sur l’image associée.
Var ,

Association Stop LGV Sainte-Baume

Cliquez ici pour lire la contribution du Collectif Stop LGV Ste Baume.

Alpes-Maritimes ,Biot ,

Basta Ligne Nouvelle Biot

Cliquez ici pour lire la contribution de l'association Basta Ligne Nouvelle Biot.

Var ,Toulon ,

Toulon Var Déplacements

Veuillez trouver en cliquant ici et ci-dessous la contribution de l'association Toulon Var Déplacements.

Avec nos cordiales salutations

Contribution de Toulon Var Déplacements pour la LNPACA Zone du Var.

L’aire Urbaine de Toulon comporte plus de 600 000 habitants. Elle subit quotidiennement de forts embouteillages de voitures et camions qui émettent des polluants et des gaz à effets de serre néfastes pour la santé et le climat.
Le manque de transports en commun efficaces nécessite d’importants investissements dans ce domaine, en particulier pour la réalisation d’un vrai Réseau Express de l’Aire Toulonnaise (REAT).

Pour cela il faut non seulement améliorer les équipements des gares existantes entre Saint Cyr Carnoules et Hyères, mais de plus créer de nouvelles haltes à l’Escaillon, Ste Musse, réaliser la réouverture de la Gare de La Farlède ainsi que le prolongement jusqu’aux Salins à Hyères. L’attractivité et le report modal ne peuvent se faire qu’avec une robustesse sur la régularité des trains, une offre au quart d’heure en cœur d’agglomération, ainsi qu’avec des infrastructures d’intermodalité.
Sur 2 voies empruntées par des trains express et rapides, la robustesse de la régularité face aux incidents et aux travaux ne pourra être atteinte qu’avec la création d’une 3ième voie entre l’est et l’ouest de Toulon (comme prévu dans les études SNCF de 2001). Si l’ERTMS permet une meilleure gestion du réseau elle est insuffisante en cas d’incidents pour garantir une robustesse.
L’offre horaire au quart d’heure ne peut être atteinte qu’avec la création d’alternats dans les gares à l’est et à l’ouest de Toulon ainsi que par la résolution du sectionnement à la bifurcation de la Pauline.
L’intermodalité avec les autres modes (transports en commun, les vélos, le covoiturage) doit être assurée dans tous les pôles d’échanges et les haltes. Pour cela une collaboration doit être mise en place entre la SNCF et les collectivités locales. Les gares doivent être ouverte sur une large plage horaire chaque jour et offrir des offres de billetterie sur tous les modes de transports, des salles d’attentes confortable, des services de nourritures et boissons, des offres touristique, des offres de covoiturages, des points wifi….Des parkings vélos sécurisés doivent être facilement accessibles, des aires de covoiturages doivent permettre d’attendre des passager ou des voitures. Des cheminements piétonniers et des pistes cyclables doivent faire le lien avec les lieux d’activités. L’accès des personnes à mobilité réduite doit se faire par la mise à niveau des quais.
La gare de Toulon (voir pièces annexes ci-dessous) doit avoir son accès amélioré pour atteindre les 7 millions de passager en 2025 : nécessité d’une ouverture au nord avec nouveau hall de gare et nouveaux parkings, multiplication des escaliers roulants (montants et descendants), arrivée de pistes cyclables sécurisées, interconnexion avec la ligne n°2 du TCSP.

Les prévisions budgétaires des phases 1 et 2 sont insuffisantes pour atteindre ces objectifs. Nous demandons que le financement de de ces deux phases pour le Var soit mis à niveau pour atteindre l’ordre de grandeur des montants par habitants des aires de Marseille et Nice, soit environ 700 millions d’euros.

Nous sommes cosignataires avec 8 autres associations du texte « Pour un véritable Réseau Express dans l'Aire Toulonnaise (REAT) »

Le Président, Maurice Franceschi

Alpes-Maritimes ,Cannes - La Bocca ,

Association Avenir Cannes Ouest

Cannes la Bocca - Association AVENIR CANNES OUEST

Concertation 2016. Nouvelle donne en 2017 avec la mise en place du COI. Rapport du COI et projet de loi d’Orientation des Mobilités. Décision ministérielle du 4 mars 2019. Concertation 2019. Avenir Cannes Ouest a informé ses adhérents en temps réel sur les projets en cours afin que chacun puisse se déterminer en toute connaissance de cause. C’est d’ailleurs ce qu’ont fait nombre de nos adhérents lors des réunions publiques, des ateliers, des permanences et au travers de leurs contributions écrites.

Notre association soucieuse du respect de la diversité des avis émis par ses adhérents ne peut, en conscience, dresser une synthèse majoritaire, sachant par ailleurs que les riverains impactés sont aussi pour certains des usagers soucieux de bénéficier d’une réelle amélioration de leurs conditions de transport au quotidien.

En revanche, depuis sa création, Avenir Cannes Ouest s’est investie et mobilisée pour la prise en compte des nuisances sonores générées par le bruit ferroviaire.
Dans le cadre de la présente concertation, notre association s’est ainsi émue de l’absence de volet « nuisances sonores » alors que l’augmentation programmée du trafic aura inévitablement pour corollaire l’amplification du bruit ferroviaire. La réduction du bruit à la source passe notamment par la rénovation d’un réseau vétuste.

Nous constatons avec satisfaction que le document de septembre 2019 concernant le secteur Cannes/Antibes évoque la problématique du bruit en ces termes « la maîtrise du bruit, enjeu majeur des aménagements des phases 1 & 2 … » et aborde les solutions possibles de nature à réduire le bruit à la source. Ces préconisations, nous n’avons cessé de les développer lors de nos interventions auprès de SNCF Réseau (depuis 2013 avec RFF) mais aussi du département (nos observations en décembre 2018 dans le cadre de la consultation du public sur le PPBE) et de la Région.

Nous souhaitons que les projets proposés à la concertation, déplacement de la gare TER de la Bocca (options Sémard et Sicasil) et bifurcation Cannes/Grasse fassent l’objet d’études complémentaires sur leurs impacts en termes de nuisances sonores, visuelles, d’environnement et de santé publique afin que les riverains disposent d’informations précises et objectives pour se prononcer lors de l’enquête d’utilité publique programmée pour 2021.

Nicole BIOLET
Présidente

Cliquez ici pour consulter la pièce-jointe.

Var ,La Crau ,

Association locale Les Ami(e)s de La Moutonne pour le cadre de vie à La Crau

Le conseil d'administration du samedi 12 octobre 2019 a adopté à unanimité la contribution en PJ.

Cliquez ici pour la consulter.

Association locale "Les Ami(e)s de La Moutonne pour le cadre de vie à La Crau" - siège social 1571, chemin de Terrimas 83260 LA CRAU courriel : almcvlacrau83@yahoo.fr

Var ,Saint-Cyr-sur-Mer ,

Association Saint-Cyr 2020

Cliquez ici pour lire le message déposé au nom de l'association Saint CYR 2020 par MM Dominique OLIVIER et Alain PATOUILLARD, membres du CA de l’association et conseillers municipaux de Saint-CYR-sur-Mer

Var ,Sanary-sur-Mer ,

Association Stop LGV Sanary

Cliquez ici pour lire le complément à la contribution de l'association STOPLGVSANARY suite à la réunion du 15.10.2019 à Sainte Musse.

Bouches-du-Rhône ,Marseille ,

EPA Euroméditerranée

Les enjeux de transport sont essentiels dans notre métropole et l’EPA Euroméditerranée a toujours été très actif pour les porter, en articulation avec le fonctionnement et le développement de la ville.
Il convient donc d’intégrer à bon niveau, dans les solutions retenues, les problématiques urbaines qui pèsent sur ce secteur, déjà fortement pénalisé par les infrastructures et pour lequel les attentes de remédiation par l’EPA sont fortes.
Concernant la halte ferroviaire d’Arenc, tout concourt sur le plan urbain à privilégier son maintien à cet emplacement, bénéficiant de l’interconnexion directe avec l’arrêt voisin du tramway T2-T3 et le point d’arrêt de plusieurs bus et cars, situé sur le boulevard de Paris. Les autres scénarios présentés, consistant déplacer la halte plus au nord, réduisent fortement l’intérêt du pôle multimodal constitué à cet endroit et l’éloignent paradoxalement du quartier d’affaires de la Joliette qui engendre évidemment le flux principal de voyageurs.
Ces enjeux de desserte et d’interconnexion doivent être pondérés bien plus fortement dans l’analyse multicritères menée par SNCF Réseau.

Concernant le faisceau ferroviaire d’Arenc, l’EPA Euroméditerranée demande de longue date l’étude d’une optimisation foncière sur les rives est et surtout ouest de l’ancienne gare de triage. Il s’agit en effet d’améliorer significativement le traitement routier et urbain des pénétrantes que sont le boulevard des bassins de radoub et le viaduc de l’A55.
A l’ouest, le boulevard des bassins de radoub assure la desserte des portes sud du Port et du quartier de la Joliette, depuis le Cap Pinède où se regroupent les flux du nord de la métropole via l’A55, mais son profil inégal engendre des embouteillages quotidiens exclut toute forme de mobilité douce.
A l’est, le viaduc de l’A55 est facteur de fortes nuisances acoustiques, visuelles et sanitaires pour son environnement. Depuis 2009, le plan-guide d’Euroméditerranée prévoit sa suppression au profit d’une infrastructure intégrée au relief naturel. Très coûteux, ce projet n’a pour l’instant pas été programmé mais des solutions alternatives, au sol, pourraient être étudiées si les opportunités foncières se faisaient jour.
Au moment où la reconfiguration du faisceau d’Arenc est étudiée, il est donc indispensable que ces problématiques soient intégrées à la réflexion conduite, aux côtés des enjeux de déplacement et de fret.
La mutation en cours sur cette partie de la Métropole, grâce à la dynamique urbaine installée et au volontarisme des partenaires d’Euroméditerranée, impose la pleine cohérence des décisions à prendre en matière d’infrastructures et d’aménagement urbain pour les 50 prochaines années. »

Cliquez ici pour lire la pièce-jointe.

Bouches-du-Rhône ,Marseille ,

Grand Port Maritime de Marseille

Dans le cadre de la concertation sur la Ligne Nouvelle Provence Cote d’Azur, le GPMM souhaite apporter son soutien à ce projet qui permettra de créer un accès ferroviaire plus opérationnel sur Arenc et préciser ses attentes sur ce projet et les précautions à prendre pour que ce projet n’obère pas le développement du fret portuaire desservant Marseille et son port.
Le programme de la Ligne Nouvelle Provence Cote d’Azur prévoit des travaux sur les « voies du port » et une modification substantielle de l’utilisation de ces voies avec le remisage de TER sur le faisceau d’Arenc et le cadencement de 4TER/heures sur ces voies.
Le port soutient ce projet à partir du moment où la capacité ferroviaire du réseau permettra le développement de trains de marchandises sur les bassins Est. Ces trains de marchandise sont actuellement au nombre de 25 trains par semaine (hors mouvements techniques) sur ces « voies du port ». Le port souhaite garder la possibilité de doubler la capacité sur ces voies et y développer des trafics combinant conteneurs, continental et remorques.
• Certaines contraintes peuvent être envisagées sur les périodes de pointe du matin et de l’après-midi sous réserve que les sillons soient compatibles avec les besoins des industriels et terminaux portuaires et l’organisation opérationnelle des opérateurs ferroviaires, tout en respectant les attentes de l’environnement direct.
• A ce titre le projet doit inclure, comme discuté avec les services de SNCF Réseau l’optimisation du faisceau de réception d’ Arenc. Le programme de ces travaux comprend 4 voies, dédiées au fret ferroviaire, de longueur supérieure à 850 ml dont 2 supérieures à 1000 ml avec accès direct aux voies ferrées portuaires au Nord et au Sud du faisceau.
• Le port soutient l’effacement du passage à niveau N°1 dans des conditions qui satisferont les riverains de sorte que cet équipement ne constitue plus un point critique pour le développement du trafic ferroviaire de passagers et de marchandises.
• Le port demande que les gabarits des tunnels de la Madrague, de la Calade et de Consolat soient optimisés quand cela est possible pour permettre le passage de convois de remorques de gabarit P400 sur des wagons poche classique (wagons T3000…) ou des wagons Lohr avec les limitations de vitesse les moins contraignantes possible.
• La voie du littoral devra être compatible avec la remise en service de la rampe de Mourepiane à l’horizon 2023 avec la pose d’une jonction et une signalisation permettant une insertion fluide des trains de fret ferroviaire cohérente avec le cadencement des TER en heure de pointe.

Var ,La Seyne-sur-Mer ,

UDVN-FNE83

Veuillez-trouver en cliquant ici la contribution de l'UDVN-FNE83 pour des trains du quotidien considérant les alternatives proposées à l'ouest de Toulon.
Michel PIERRE, vice-président de l'UDVN-FNE83 pour l'ouest Var.

Vos questions

Consultez vos avis, questions et contributions adressés durant la concertation

La presse

Découvrez les dossiers et communiqués de presse sur le projet

Les études préalables à l’enquête d’utilité publique sont financées par :