Vos avis

Retrouvez sur cette page les avis nominatifs des internautes sur le projet. Pour faciliter votre recherche, vous pouvez choisir, à l’aide du menu déroulant, la thématique qui vous intéresse.
Alpes-Maritimes , Cannes La Bocca,

F. Costamagna

La bifurcation SNCF vers Grasse est nécessaire pour le service de ses usagers, soit !

Je suis Niçois et maintenant Boccassien d’adoption (sur Michel Jourdan) depuis plusieurs années et j’ai vu les errements, les dépassements de budget, de délai impartis au projet Tram de Nice!

A Cannes la Bocca, il sera impossible de faire l’économie des études et protection contre les risques des eaux pluviales plus encore que marines quel que soit le projet final !

Le paysage local serait profondément et définitivement altéré alors qu’il s’en dégage une certaine quiétude grâce à son accès gare-plages via un passage souterrain, un parc et des arbres de haute tige régalant les résidents tout autant que les voyageurs ou estivants amateurs de Cannes Midi.

Tout Niçois que j’étais, j’ai toujours aimé venir profiter de ces endroits desservis par le train et cette gare si joliment située.

POUR la solution alternative proposée par le SID qui préserve non seulement l’histoire de la Bocca mais qui minimise l’impact et durées des travaux avec déjà une belle amélioration du trafic.
CONTRE le projet de bifurcation actuellement proposé qui nuirait très fortement et longuement à nos vies boccassiennes.

Bouches-du-Rhône , Marseille,

F. Fink

il serait inadmissible de détruire le Talus

Bouches-du-Rhône , Marseille,

F. Letellier

Bonjour,
Habitant de Marseille, profondément attaché à la sauvegarde de son tissus socio-culturel et à l’amélioration de ses espaces de vie commune, je suis inquiet du projet d’insertion de sortie est du tunnel de la parette qui rayerait de la carte les jardins du Talus. Ces jardins sont des poumons pour la ville, et des lieux de paix sociale, il serait révoltant de les voir disparaître.

Alpes-Maritimes , Cannes La Bocca,

F. Petit

Propriétaire depuis 20 ans d’une résidence secondaire au Château de la mer, j’avais participé aux premières réunions d’information-concertation en 2019.
2 ans se sont écoulés, je déplore que les suggestions proposées à l’époque n’aient pas été retenues par la SNCF.
Au niveau environnemental, le remplacement des souterrains par des passerelles aériennes va dénaturer le paysage , en particulier la vue mer de certains appartements des résidences en front de mer , et créer des nuisances par le passage des piétons.
L’expropriation d’une bande de terrain le long des résidences, du square, de l’école...va entraîner la destruction d’arbres magnifiques, d’une végétation méditerranéenne remarquable.
J’espère que le problème de L’écoulement des eaux de pluie a été envisagé afin d’éviter les graves inondations connues il y a quelques années.
Dans la configuration proposée le coût des opérations me paraît sous-estimé.
J’ai étudié très attentivement le projet alternatif qui a reçu l’adhésion de quasiment tous les copropriétaires du Château de la mer et je n’y vois que des avantages.
Coût moins élevé, durée des travaux plus courte, voie enterrée donc diminution des nuisances sonores. Des habitants de Cannes la bocca et en particulier des résidences impactees se sont beaucoup investis pour proposer d’autres solutions, il faudra en tenir compte.

, Marseille,

G. Allix

Le talus est une association super inspirante pour moi, j’aimerais pouvoir réaliser le même projet dans ma ville. Je trouve donc vraiment dommage de vouloir casser une dynamique qui rassemble autant de personnes.

Bouches-du-Rhône , Marseille,

G. Vayssiere

Mon courrier concerne la parcelle actuellement occupée par l’association LE TALUS.
Cette parcelle a été cédée, certes à titre provisoire par la société de la L2, il s’agissait d’un terrain dont la terre avait été malmenée par les gravats et les travaux de la L2..
Cette association par son travail acharné a transformé cet espace en TERRE FERTILE ce qui n’a rien à voir avec le départ. Cette terre aujourd’hui a vu revenir tous les micro-organismes nécessaires à la fertilité.
D’autre part, combien de personnes ont oeuvré, souvent bénévolement, pour arriver à un tel résultat ?
Aujourd’hui, tous nos élus parlent de faire revenir la nature en ville, et là où elle est revenue vous voudriez la détruire ? je pense qu’il existe d’autres endroits pour réaliser du dépôt de matériel.
Je connais, par expérience, le travail qu’il faut accomplir pour rendre vie à la terre et pour cette raison je suis opposée à la récupération de ce terrain pour les travaux.

Bouches-du-Rhône , Marseille,

H. Marliangeas

Préservation de l'activité de la ferme urbaine Le Talus.

J'ai pu assister et même participer au développement de ce projet depuis l'origine.
J'ai été témoin de l'engagement, l'énergie et de la motivation sans faille de l'équipe pour mener à bien ce beau projet. En peu de temps, le Talus est devenu un lieu incontournable de partage, de rencontre, d'éducation, de lien social pour le quartier et bien au-delà.
Il serait tellement triste et aberrant de voir disparaitre un lieu qui a demandé tellement de travail et qui aujourd'hui rassemble de nombreux acteurs de la vie civile et politique. Le succès du Talus ne fait pas débat et son action a des impacts sur une large population.
L'utilité publique du Talus n'est plus à démontrer, j'espère que la SNCF saura trouver avec les acteurs du territoire, des solutions qui permettront la préservation de ce lieu et de la communauté qu'il a su créer.

Bouches-du-Rhône , Marseille,

H. Peillon

Il est primordial de conserver la ferme urbaine du Talus. Elle apporte : de la vie au quartier, du lien social, de la pédagogie, embellie le paysage, forme ses bénévoles, est un lieu d’échange. Toutes ces missions sont plus que nécessaires dans la période actuelle que nous vivons. Nous avons besoin de verdure, de bien manger, d’apprendre, et pas de nous retrouver face à des rails grises et inutiles. Cordialement

Alpes-Maritimes , Nice,

H. Souchon

Je suis fondamentalement opposé au projet proposé car il dégrade les alentours du site actuel de la Gare de La Bocca. La seule issue acceptable est d’enterrer et recouvrir la voie existante Nice<=>Marseille sur la plus grande partie de son parcours dans le 06, de Mandelieu à Nice et pas par ces petits bouts au coût phénoménal. Cela permettrait à Cannes enfin son Bocca Cabana entre l’ouest et l’est et faire du vélo sans risque! Et oui le train enterré permet de profiter de l’espace supérieur !! D’ailleurs nos frontaliers italiens ont plutôt fait reculer le train du bord de mer comme de San Remo à San Lorenzo Al Mare ; et ont transformé leur bord de mer en piste cyclable au bénéfice de l’environnement et du développement. Quel progrès !!

Je suis né à Nice mais j’utilise le TER pour me débarrasser des soucis d’autos lorsque je viens me promener ou profiter en famille de la mer et de ce coin tranquille, arboré, verdoyant, reposant.

Beaucoup d’autres résidents de communes locales, je le constate, font de même.

C'est la seule façon de conserver le site actuel tout en apportant aux usagers de la ligne de Grasse une desserte fréquente et soulageant le trafic routier vers Grasse.

Dans les temps actuels, il ne peut être accepté de prétendues économies au détriment de la flore, de l'environnement paysager d'une ville vivant largement du tourisme.

Un accès souterrain gare-plage, un parc arboré si agréable aux visiteurs locaux ou touristes, une école primaire de proximité ne peuvent être sacrifiés à ce titre. Par ailleurs, toute la partie Boulevard du Midi doit être traitée sur un même plan respectueux de cet environnement qui attire les visiteurs et touristes. Plus à l'Ouest, Mandelieu ont fait d'énormes efforts d'amélioration et de préservation du littoral, en évitant tout projet invasif dans la zone !

Concluons : le projet doit être réalisé en VOIE ENTERREE (TUNNEL) ou ne doit pas être. C'est la SEULE SOLUTION DURABLE du XXI siècle

Alpes-Maritimes , Cannes La Bocca,

J-P. Lorgnet

Le projet soumis, depuis 1 mois et demi (c.f. toutes les questions restées sans réponse à l'heure de la clôture), porte sur les modalités d'insertion de la bifurcation de la dénivellation de la bifurcation de la ligne Cannes/Grasse.
Il doit donc être entendu et examiné dans un cadre "spatio-temporel". Le SID, par son mode de fonctionnement s'est inscrit sur ce sujet, un peu en symétrie du JPL ("Jet Propulsion Laboratory") comme un "centre de recherche et de développement" de ... la problématique des transports sur Cannes La Bocca. C'est pourquoi, en se référant toute à cette dimension spatiale, l'ouest de Cannes depuis le Boulevard Leader jusqu'à Thalès Alenia Space (à la limite ouest de la commune de Cannes), toutes les mobilités nous intéressent et suscitent pour nous des propositions suite aux interrogations et inquiétudes légitimes des habitants, résidents, salariés ou plus simplement "visiteurs" même d'un jour de cet espace littoral. La mobilité ferroviaire bien évidemment pour une ligne de 150 ans d'âge mais aussi d'histoire-s- futures à écrire comme celle de la gare TER pré-TGV de "Cannes La Bocca Saint Cassien", "hall d'accueil: 1ère porte d'entrée du fer dans les Alpes Maritimes. On ne peut d'un simple trait de plume suspendre pendant 5 ans la "ligne 944.000" pour revenir ... au même service annoncé (le train à la demi-heure). Le sacrifice de plusieurs patrimoines (architecturaux, sylvestres, animaux, végétaux,etc ...) pour satisfaire l'ambition intellectuelle de spectateurs éloignés du terrain à qui l'on n'a pas posé la VRAIE QUESTION: "Pour quelle(s) raison(s), les trains montants depuis Cannes vers Grasse sont-ils retardés ou empêchés dans leurs missions c'est à dire le transport fiable, régulier et sûr de voyageurs" ?
Dès lors, si l'on pose, en de bons termes, le problème avéré, on trouve une autre solution, un projet alternatif. Celui-ci déconnecte sans les désolidariser les deux réseaux et choisit non de les fusionner mais de les fissionner ... libérant ainsi une énergie de multi-mobilités considérable.
Parce que le simple déplacement de quelques dizaines de mètres vers l'est d'un Block Automatique Lumineux en sémaphore permet d'aligner au nord du jardin et du bâtiment voyageurs une rame de 110 mètres de long. Parce que, comme en organisation administrative le découpage cantonal évolue au fil du temps (regroupement); celui ferroviaire peut bien se diviser au gré des progrès technologiques. Il peut en être donc ainsi d'un croisement dynamique opérable en toute sécurité sur une zone de 600 mètres dotées d'"aiguilles 60", abordable à une vitesse 5 fois moindre que celle d'un TGV, réalisé avec des matériels neufs dotés de l'ERTMS niveau 2. Cette double combinaison projette alors à une temporalité réelle de 20 minutes de fréquence (donc 3 dans l'heure) car l'on sait que les temps de parcours peuvent être optimisés.
Enfin, la gare de Grasse autorise par son plan de voies le stationnement nocturne d'un train. Celui-ci deviendrait le T.G.V. (Train Grasse Vintimille) de 7h20 emmenant par son dépassement de l'aiguillage boccassien, ses passagers grassois, mouansois, cannois, vers Monaco avant 8h30 et son terminus italien en moins de 90 minutes au rythme d'un semi-direct.
"Ceux qui nous aiment préfèreront le train" !
J.P. LORGNET, ferroviphile

Vos questions

Consultez vos avis, questions et contributions adressés durant la concertation

La presse

Découvrez les dossiers et communiqués de presse sur le projet

Les études préalables à l’enquête d’utilité publique sont financées par :