Vos questions

Retrouvez sur cette page les questions posées par les internautes et les réponses apportées par le maître d'ouvrage. Pour faciliter votre recherche, vous pouvez choisir, à l'aide du menu déroulant, le secteur géographique qui vous intéresse.
Var , Sanary ,

Question

j'ai la chance d'habiter en Provence. La chance d'en ressentir les bienfaits, grâce à sa géographie et son climat béni des Dieux. N'est-il pas d'abord là, ce capital qui confère à la Provence une telle attractivité !! Dans "ces petites forêts qui ne mangent pas à leur faim, mais qui restituent en baume et en parfum leur maigre nourriture" (Paul Moran)... Dans ces niches de biodiversité que la sagesse de l'homme et de petits miracles, ont fait qu'elles arrivent à nous encore intactes... Dans ces espaces naturels, proches des zones urbaines, où le citadin arrive encore à s'oxygéner et retrouver son humanité...
Évidemment ce projet m'inquiète :
- à t'on chiffré le surcroît de pollutions ? Ne pas oublier que les pollutions dues aux travaux se cumuleront aux pollutions urbaines !
- à t'on calculé le nombre d'exploitations agricole contraintes de s'arrêter, faute de pouvoir maintenir une production suffisante ?
- à t'on chiffré le coût de l'indemnisation des particuliers qui perdront leur logement, ainsi que le coût de l'indemnisation des entreprises qui devront déménager, voire déposer leur bilan ?
- quelle stratégie sera mise en place pour soutenir les gens en détresse psychologique ?
- qu'à t'on prévu pour compenser les atteintes à l'environnement (par exemple un arbre arraché, un arbre planté) ?
- à t'on évalué les risques de perte ou de pollutions des eaux douces souterraines, dans une Provence où l'eau a toujours été essentielle (population importante, climat méditerranéen, géologie calcaire complexe)

?
- a t'on comptabilisé le nombre de corridors biologiques qu'il conviendra de créer pour que le sillon des voies n'isole pas définitivement les parcelles d'écosystèmes existantes ?

Autrement-dit, a t'on chiffré toutes les conséquences économiques, humaines, environnementales de la réalisation d'un tel projet, dans une Provence littorale où l'espace est déjà plus que compté ?

M-A.Charles

Réponse

Les études et la concertation menées de 2010 à 2012 ont permis de recenser les enjeux des territoires que vous citez et d’évaluer les différents fuseaux de passage alors proposés en fonction de leurs incidences sur ces enjeux. L’analyse multicritères, les études et la concertation de 2010-2012 ont permis de formaliser cette prise en compte et vous en trouverez une synthèse dans les dossier ministériels http://www.lignenouvelle-provencecotedazur.fr/pages/dossiers-ministeriels .

C’est la concertation menée à cette période qui a conduit aux choix des fuseaux de passage soit le long des voies existantes (Vallée de l’Huveaune, traversée de Toulon, Toulon-Les Arcs) soit à l’écart du littoral en évitement et contournement des enjeux humains, littoraux et agricoles.

La conception technique et environnementale du projet est conduite par le principe “Eviter-Réduire-Compenser“ et une Charte du développement durable dont les principes structure l’action de SNCF Réseau.

Lorsqu’un enjeu ne peut être évité et que l’impact ne peut être complètement réduit, les compensations et indemnisations que vous évoquez sont alors mises en place. SNCF Réseau, comme tout maître d’ouvrage d’infrastructures, applique alors les dispositions réglementaires sous le contrôle et la tutelle des administrations compétentes.

A l’issue des opérations d’aménagement du territoire et d’infrastructure, aucun particulier ne se retrouvera sans logement, aucune entreprise ne déposera le bilan : les dispositions législatives permettent les justes indemnisations et/ou réinstallations.

En ce qui concerne plus précisément les enjeux agricoles, vous pourrez constater sur la note d’information http://www.lignenouvelle-provencecotedazur.fr/sites/lnpca.sncf-reseau.fr/files/Supports-RP/2016_11_10-ln_pca_-_comple_ment_a_la_reunion_publique_douverture_de_la_concertation_dans_le_var_-_v0c.pdf que les espaces agricoles sont largement évités et que les zones qui restent potentiellement concernées sont très résiduels : La surface agricole concernée par la Ligne nouvelle en Priorités 1 et 2 est ainsi de l’ordre de 45 ha. C’est moins de 0,02% (2 / 10 000e ) de la superficie agricole utile des trois départements concernés par le projet, ou encore 0,07% (7 / 10 00 0e ) de la superficie agricole utile du Var. A titre de comparaison, cela représente 0,4% de la superficie agricole utile perdue dans le Var depuis 30 ans, pour un projet dont la durée de vie sera supérieure à plus de 150 ans (la ligne actuelle date de 1860).

Alpes-Maritimes , Biot ,

Question

J'observe vos projets de tracés de la ligne , mais nous n'avons pas de données techniques suffisantes comme passage en sous terrain ?  profondeur d'enfouissement de la ligne , quels niveaux sonore engendré par cette ligne aux différents endroits ? ...fréquences des passages etc ....

C.Rayer

Réponse

Dans les supports présentés lors de la réunion publique du 9 novembre, à Biot, et disponibles à l’adresse http://www.lignenouvelle-provencecotedazur.fr/sites/lnpca.sncf-reseau.fr/files/Supports-RP/20161109-lnpca-rpl-biot-v8.pdf, vous pourrez visualiser les différents tracés soumis à la concertation. Les représentations en pointillés indiquent des passages en souterrain. Vous trouverez également les profils en long des différents tracés sur le secteur de Sophia, avec indication de hauteur et profondeur.

Concernant l’acoustique, le projet de Ligne Nouvelle Procence Côte d'Azur est conçu dans le cadre réglementaire de la prévention des nuisances sonores, tant en phase définitive d’exploitation qu’en phase provisoire de chantier.

Les textes réglementaires fixent des seuils d’exposition au bruit en façade et imposent de tenir compte des évolutions du trafic générateur de bruit sur les 20 années qui suivent la mise en service. Lorsque qu’une protection acoustique est nécessaire, les solutions sont recherchées parmi les protections à la source (écran, merlon) et les protections par isolation de façade.

En phase de chantier, des indemnisations sont prévues si les protections n’ont pas permis de réduire significativement les impacts et si les nuisances sonores sur les habitations et les activités économiques sont avérées et constatées.

Pour autant, si la phase actuelle des études prévoit la réalisation de protections phoniques avec les travaux de la Ligne Nouvelle, nous ne sommes pas encore (à ce stade des études) en mesure de déterminer précisément le type de protections qui seront mises en place in fine. Ces précisions seront apportées lors des phases futures d’approfondissement des études, pour la réalisation du dossier d’enquête d’utilité publique, en relation avec les tracés et les positions de gares issus de la concertation publique actuelle, puis lors de la réalisation même du projet.

Quant aux objectifs de desserte de la Ligne Nouvelle, ils sont détaillés dans le livret 2 du dossier support de la concertation, de la page 39 à 47 : http://flipbook.sncf-reseau.fr/lnpca-concertation#p=32.

Alpes-Maritimes , Biot ,

Question

Quelles sont les problématiques que ce projet va résoudre?
Qui sont les bénéficiaires de ce projet (populations; passagers; régions, etc.)?
Quel est le coût total de ce projet?
Quel est le coût annuel récurrent de.exploitation de cette ligne?
Quelle est la rentabilité de ce projet? Et à quel horizon?
Quelles en sont les retombées économiques pour Biot?
Quel est l'impact du coût sur nos impôts?
Quel va être le volume de passager et la fréquence des trains sur cette ligne?
Quel est l'impact écologique?

S.Meslet

Réponse

Le projet de Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur a pour premier objectif de désaturer la ligne littorale existante et notamment de permettre de doubler le trafic TER sur les nœuds ferroviaires marseillais et azuréen pour ce qui concerne les aménagements de la Priorité 1 (à réaliser avant 2030). Il permettra également de rendre le système ferroviaire plus performant, en fiabilisant les circulations. L’amélioration de l’offre ferroviaire doit permettre d’accroître le report modal des usagers de la route vers le train, afin de réduire l’accroissement de la saturation routière. Elle doit aussi permettre de répondre à l’augmentation des besoins de mobilité pour le futur et contribuer à l’accroissement du nombre de passagers transportés par le train dans les métropoles du littoral de la région Provence Alpes-Côte d’Azur.

Les bénéficiaires du projet seront non seulement les habitants de la région PACA mais également tous les usagers du train souhaitant voyager en Provence et sur la côte d’Azur. Les estimations du nombre de passagers ferroviaires en 2040 s’élèvent à 96 millions de personnes par an, contre 46 millions aujourd’hui.

Le coût total du projet est évalué entre 13,5 et 14,7 milliards d’euros qui se répartissent comme suit :
-  Priorité 1, environ 6,7 milliards d’euros
-  Priorité 2, environ 5,9 milliards d’euros
- Aménagements complémentaires (travaux sur gares et voies existantes) : 1,5 milliard d’euros.
Le coût moyen annuel d’exploitation par km de ligne est d’environ 12 k€ sur ce genre d’infrastructure.

Le taux de rentabilité socio-économique aujourd’hui calculé est de 4,2% pour l’ensemble du projet (Priorités 1 et 2). Ce calcul est réalisé, par convention, sur une durée de 50 ans d’exploitation.

Les retombées économiques n’ont pas été détaillées à l’échelle des communes. De plus, elles dépendent étroitement d’une part du projet finalement retenu (notamment l’emplacement exact des gares) et d’autre part des projets de développement qui seront engagés en synergie avec le projet LNPCA en particulier à l’initiative des collectivités (exemple : transports publics ou aménagement).

Concernant l’impact du projet sur les impôts, sachez qu’une partie du projet est autofinancé par les voyageurs qui paient leurs billets de train. Une autre partie sera financée par d’autres modes pouvant conjuguer financement à l’échelle régionale (part des collectivités territoriales de la région), à l’échelle nationale (Etat) voire à l’échelle internationale (subventions européennes / prêts bonifiés). Cette partie sera établie à partir du travail de la mission financement qui sera mise en place par le Gouvernement.

Les objectifs de desserte de la Ligne Nouvelle sont détaillés dans le livret 2 du dossier support de la concertation, de la page 39 à 47 : http://flipbook.sncf-reseau.fr/lnpca-concertation#p=32.

Les impacts écologiques du projet seront mesurés dans le cadre de l’étude d’impact qui sera réalisée sur le tracé retenu à l’issue de la concertation. Ces études feront partie intégrante du dossier d’enquête d’utilité publique. A ce stade du projet, l’analyse multicritère disponible à l’adresse http://flipbook.sncf-reseau.fr/lnpca-atlas-environnemental#p=0, permet de comparer l’impact écologique des différentes variantes proposées.

Alpes-Maritimes , Biot ,

Question

Sur les tracés que vous avez proposer, il y a un plusieurs viaducs qui impactent la population et les habitats. Ce qui génère un grand mécontentement de la part des Biotois et des Valbonnais. N'avez-vous pas mieux à nous proposer en terme d'étude, d'impact, de visuel et de nuisances sonores dans des lieux de résidence ? Pourquoi n'y a t'il pas une solution qui évite les parties aériennes ? Pourquoi ces parties ne sont pas plus enterrées ?

S.Mathieu

Réponse

L’étude d’impact sera réalisée, dans le cadre des études d’approfondissement, sur le tracé retenu à l’issue de la concertation. Elle permettra notamment de préciser finement les impacts environnementaux, sonores et visuels du tracé retenu. Une des variantes de tracé proposée à la concertation, la variante OAM2, avec une gare aux Bréguières, permet un franchissement intégralement en souterrain de toute la commune de Biot.

Les émergences induites par les variantes de tracés OAM1 et OAM1bis sont liées aux contraintes de courbes et de pentes importantes des tracés ferroviaires. Autrement dit, à partir de l’axe des gares des variantes OAM1 et OAM1bis, il n’est techniquement pas envisageable de passer sous la Brague. Ces émergences du projet en surface sont très limitées (quelques centaines de mètres au maximum) par rapport au linéaire de traversée de Biot en souterrain (plus de 4 km).

Var , Hyères ,

Question

Ce n'est pas le plus court chemin d'aller de paris à nice en passant par marseille et toulon. Pourquoi avoir abandonné le trajet nord en passant par Perthuis, Cadarache (iter pour le financement) pour rejoindre le Muy, certes avec pertes de terres agricoles et de zones naturelles, mais moins de zones construites?
A ce moment là on ne touche pas la ligne de toulon(4 h de paris) que l'on fait démarrer à Cuers pour capter les zones de brignoles et le luc et donc en améliorant les dessertes locales.

Y.Gros

Réponse

Le projet de Ligne Nouvelle Provence Côte d'Azur permettra de relier Nice à Marseille en passant par Toulon. Ce choix correspond au scénario "Métropoles du Sud" décidé par le Gouvernement en juin 2009.

A l’issue de la concertation menée en 2011 et afin de répondre aux attentes exprimées par le territoire, la priorité a été donnée aux trains du quotidien et le projet a évolué d’une Ligne à Grande Vitesse (LGV) vers une Ligne Nouvelle à réaliser par phases.

La première phase du projet (Priorité 1) sera réalisée à l'horizon 2030 et permettra de désaturer les nœuds ferroviaires marseillais et azuréen et de doubler la fréquence des trains du quotidien. 

Entre 2030 et 2050, la deuxième phase du projet (Priorité 2) permettra de réaliser les sections de Ligne Nouvelle entre Aubagne-Toulon et entre Est-Var - La Siagne, en apportant des gains de temps. Ainsi la liaison Nice - Marseille sera réalisée en 1h40.

Avec le choix de scénario des Métropoles du Sud, les scénarios Nice-Aix en Provence, ou par la Durance et ITER n'ont pas été retenus (scénario Côte d'Azur) et ne seront donc pas réalisés.
Si vous souhaitez avoir plus d'informations sur le projet de Ligne Nouvelle Provence Côte d'Azur, vous trouverez l'ensemble de la documentation sur le site www.lignenouvelle-provencecotedazur.fr/documents. 

Var , Sanary ,

Question

J'habite en Provence. Quelle chance me direz-vous ! La chance? Celle de pouvoir s'y poser, d'en ressentir les bienfaits, grâce à sa géographie et son climat béni des Dieux. 2.600 ans d'histoire amènent le Provençal (né ici, ou d'adoption) à assumer des responsabilités: celles de préserver ce "mieux-vivre" pour ceux qui nous suivent. N'est-il pas d'abord là, ce capital qui confère à la Provence une telle

attractivité !
- Dans "ces petites forêts qui ne mangent pas à leur faim, mais qui restituent en baume et en parfum leur maigre nourriture" (Paul Moran),
- Dans ces niches de biodiversité que la sagesse de l'homme et de petits miracles, ont fait qu'elles arrivent à nous, encore intactes,
- Dans ces espaces naturels, proches des zones urbaines, où le citadin arrive encore à s'oxygéner et retrouver son humanité ?

Voici quelques questions que l'on est en droit de poser, avant que les machines de chantier défoncent le sol pour la "Ligne nouvelle" et ses gares:
   A t'on chiffré le surcroît de pollutions (ne pas oublier qu'elles se cumuleront aux pollutions urbaines actuelles) qu'apporteront :
1/ les années de travaux sur l'élargissement des voies et la création de nouvelles gares?
2/ l'augmentation du trafic ferroviaire qui s'en suivra ?
   A-t-on calculé le nombre d'exploitations agricoles qui seront contraintes de s'arrêter faute de pouvoir maintenir une production suffisante ?

   A-t-on chiffré le coût de l'indemnisation des particuliers quiperdront leur logement, ainsi que le coût de l'indemnisation des entreprises qui devront déménager, voire déposer le bilan ?
   Quelle stratégie sera mise en place pour soutenir les gens qui seront en détresse psychologique ?
   Qu'a-t-on prévu pour compenser les atteintes à l'environnement (par exemple un arbre arraché, un arbre planté) ?
   A-t-on évalué les risques de perte ou de pollutions des eaux douces souterraines, dans une Provence où l'eau a toujours été essentielle (population importante, climat méditerranéen, géologie calcaire) ?
   A-t-on comptabilisé le nombre de corridors biologiques qu'il conviendra de créer pour que le sillon des voies n'isole pas définitivement des mordeaux d'écosystèmes ?

Autrement-dit, a-t-on chiffré toutes les conséquences économiques, sociales, humaines, environnementales de la réalisation du projet de Ligne Nouvelle à travers une Provence littorale où l'espace est déjà plus que compté ?

Si ces questions subsistent, cela veut dire qu'il manque quelque chose à la "communication" de RFF. Je préfère donc dire non à la Ligne Nouvelle.

M.Charles

Réponse

La préservation de la qualité de vie en Provence nécessite des transports moins polluants, moins consommateurs d’espaces que la route, favorables à la transition énergétique et au développement durable.
En ce qui concerne les enjeux environnementaux et humains, SNCF réalise dans le cadre des études préalables à l’enquête publique des études itératives sur l’ensemble des enjeux liés à la mise en place d’une infrastructure de Ligne Nouvelle.
Les documents présentant une synthèse des enjeux environnementaux sont disponibles sur le site Internet du projet. Ainsi, vous pourrez prendre connaissance des études qui ont amené les décisions ministérielles sur la Zone de Passage Préférentielle des Priorités 1 et 2 en consultant le site internet du projet : http://www.lignenouvelle-provencecotedazur.fr/page/dossiers-ministeriels

Vous pourrez par ailleurs consulter à la rubrique « Documents » le dossier de synthèse des études de phase 1, ainsi que le dossier support de la concertation publique sur les tracés et les positions de gares de la Priorité 1. Une analyse multicritères détaillée par secteur est également disponible sur le site internet du projet.

A l’issue de la phase actuelle de concertation publique qui permettra de retenir les tracés et positions des gares préférentielles à proposer à la décision ministérielle, des études d’impacts et de mesures environnementales complémentaires seront réalisées sur les variantes sélectionnées.

En ce qui concerne l’enjeu agricole plus précisément, vous pourrez constater sur la note d’information http://www.lignenouvelle-provencecotedazur.fr/files/telechargements/medias/documents/2016_11_10-ln_pca_-_comple_ment_a_la_reunion_publique_douverture_de_la_concertation_dans_le_var_-_v0c.pdf que les espaces agricoles sont largement évités et que les zones qui restent potentiellement concernées sont très résiduelles : la surface agricole concernée par la Ligne Nouvelle en Priorités 1 et 2 est ainsi de l’ordre de 45 ha (dont 15 ha pour la priorité 1). C’est moins de 0,02% (2 / 10 000e) de la superficie agricole utile des trois départements concernés par le projet, ou encore 0,07% (7 / 10 000 e) de la superficie agricole utile du Var. C’est 0,4% de la superficie agricole utile perdue dans le Var depuis 30 ans.
A l’issue des opérations d’aménagement du territoire et d’infrastructure, aucun particulier ne se retrouve sans logement, aucune entreprise ne dépose le bilan : les dispositions législatives permettent les justes indemnisations ou réinstallations.

D’une manière générale le principe « Eviter, réduire, compenser » guide la conception technique et environnementale et le projet passera par les étapes réglementaires de contrôle par les services compétents de l’Etat et par l’Enquête d’utilité publique.

Var , Le Beausset ,

Question

La logique voudrait que le tracé passe au nord en longeant l'A8 : plus direct, plus rapide, moins impactant pour l'environnement et surtout moins cher. il présente aussi l'avantage de désenclaver le moyen et le haut var permettant ainsi de limiter l'exode des habitants obligés d'aller travailler vers la bande littorale déjà saturée.
A qui veut on faire plaisir? Quelles promesses ont été faites aux grands groupes tels Vinci, Bouygues, Eiffage au détriment des finances publiques qui sont en réalité financées par les privés c'est à dire les citoyens, citoyens qui ne veulent pas de ce projet démentiel et pharaonique? pourquoi n'y a t-il eu aucune réunion publique d'information et de concertation sur le bassin du Beausset? C'est un déni de démocratie.

S.Pinte Vernier

Réponse

Le raisonnement que vous nous proposez est celui qui a globalement prévalu dans les réflexions post débat public de 2005 en faveur de la réalisation d’une nouvelle infrastructure ferroviaire longeant l’autoroute A8 pour une desserte directe de Nice (scénario dit Côte D’Azur). Ce scénario « direct » était comparé avec la réalisation d’une Ligne Nouvelle desservant Marseille, Toulon et Nice, scénario dit des Métropoles du Sud.

Ainsi, par nécessité de réponse concise, mais aussi par l’importance des arguments qui ont amené le Gouvernement à choisir le 29 juin 2009 le scénario des « Métropoles du Sud » au détriment du scénario « Côte d’Azur », je vous engage à consulter l’ensemble du rapport de médiation disponible sur le site internet du projet dans la rubrique Documents / Choix du scénario « Métropoles du Sud » juin 2009 :

http://www.lignenouvelle-provencecotedazur.fr/documents

Vous y trouverez en particulier :
- l’enjeu de la mise en réseau des métropoles Aix-Marseille-Toulon-Nice dans la bande littorale qui concentre 80% de la population régionale et la quasi-totalité des problèmes de mobilité
- la comparaison des coûts, équivalent entre le scénario des Métropoles, et celui direct dit « Côte d’Azur », compte tenu du coût supplémentaire des nécessaires aménagements du réseau côtier et de ses raccordements.
Le choix du scénario des Métropoles a ainsi été fait dans le sens de l’intérêt général.

En ce qui concerne le dispositif de concertation pour les sections de Priorité 1 ou de Priorité 2 (dont relève le Beausset) :
• La phase de concertation qui se déroule depuis le mois de mai porte sur les tracés et les positions de gares de la Priorité 1, qui concerne la désaturation des nœuds ferroviaires marseillais et azuréen en vue de doubler l’offre des trains du quotidien, conformément aux décisions ministérielles et aux décisions du Comité de pilotage.
• En ce qui concerne la Priorité 2, la zone de passage préférentielle a été publiée et soumise à l’information et à la consultation du public en 2013 pour aboutir à la décision ministérielle du 13 avril 2015.
• A ce stade et conformément à la décision du Gouvernement du 13 avril 2015, SNCF Réseau n’a pas reçu le mandat d’étudier des variantes de tracés à l’intérieur de cette  Zone de Passage Préférentielle de Priorité 2, mais uniquement les aménagements liés aux tracés et aux gares au sein de la Zone de Passage Préférentielle de Priorité 1.
• Dans tous les cas, quand elles auront été réalisées, les études de tracés et de positions de gares de la Priorité 2 feront l’objet d’une information et d’une participation du public (identiques à celle de 2016 sur la Priorité 1) qui vous permettront de prendre connaissance des tracés proposés et de donner votre avis comme vous avez pu le faire pour les variantes de tracés et positions de gares de la Priorité 1.

Vous pouviez donc donner votre avis sur les variantes de tracés et de positions de gares de la Priorité 1, mais vous pouvez aussi vous exprimer sur votre souhait d’avoir la possibilité de connaitre les tracés et positions de gare de la Priorité 2 avant 2030.

Vous avez accès aux documents d’études  du projet sur le site du projet dans la rubrique « documents » : http://www.lignenouvelle-provencecotedazur.fr/documents et nous vous recommandons en particulier la définition de la zone de passage dans votre secteur http://www.lignenouvelle-provencecotedazur.fr/files/telechargements/medias/documents/rff-paca-lnpca-fiche-zpp-_est_var_0.pdf ainsi que le dossier de http://www.lignenouvelle-provencecotedazur.fr/files/telechargements/medias/documents/lnpca_epeup_phase_1_dossier_ministeriel.pdf

Alpes-Maritimes , Nice ,

Question

Quand va le nouveau gare Nice aéroport ouvrir?

B.Sjögerg

Réponse

L’ouverture de la gare nouvelle de Nice Aéroport est prévue à l’horizon 2030, à la mise en service de la Ligne Nouvelle.
Néanmoins, la halte TER de Nice Saint-Augustin, telle qu’elle existe aujourd’hui, va être déplacée sur le site de la future gare de Nice Aéroport afin de bénéficier, sans attendre la réalisation du projet de Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur, des connexions avec la ligne 2 du tramway, l’aéroport, les bus et les parkings du site. La mise en service de cette gare TER déplacée est quant à elle prévue à l’horizon 2021.

Alpes-Maritimes , Saint-Laurent-du-Var ,

Question

Dans le cadre de la concertation sur le ligne nouvelle, je tiens à vous préciser : à partir de la gare de St Laurent du Var, nous avons 9 jardins ouvriers de cheminots qui longent la voie ferrée exisatante en se dirigeant vers l'avenue des Magnolias. 

Un 10e est inutilisé suite à un éboulement du terrain provenant d'une villa au dessus. Ils n'apparaissent pas sur les cartes que j'ai pues voir à la Mairie de St Laurent avec le responsable RFF. Quel avenir ? En cas de récupération pour effectuer les travaux, pourra t on prévoir l'emplacement pour d'autres jardins de cheminots ? Ou peut être nos jardins ne seront pas impactés. Je vous remercie de me tenir informé

C. Mercieca

Réponse

Dans son état actuel, le projet prévoit en effet que ce secteur soit à acquérir pour les besoins de la phase travaux ainsi qu’en situation définitive pour des reconstitutions de voirie.

Les mesures de réorganisation des espaces autours de la voie ferrée et de la gare, et donc notamment de ces jardins ouvriers, devront être définies dans le cadre des études d’approfondissement à venir en concertation avec les différentes parties prenantes concernées.

Alpes-Maritimes , Valbonne ,

Question

Pouvez-vous nous donner le budget de maintenance prévisionnel annuel des 20 kms en sous-terrains de la boucle Nice Cannes et le budget de maintenance de la nouvelle gare Alpes-Maritimes.
Je vous remercie d'éviter toute réponse évasive, car au vu des nombre de kms de réseau gérés et gares gérés par SNCF Réseau dans le monde, il est surement possible d'avoir un benchmark avec une fourchette basse et haute, et il ne serait pas croyable que vous souhaitiez mettre en place une infrastructure d'un tel montant, sans en connaitre le budget d'entretien et les gammes de maintenance préventives à mettre en place par la suite.

N.Raboin

Réponse

Concernant une gare nouvelle du type de celle prévue sur le secteur Ouest Alpes-Maritimes, les coûts de fonctionnement qui distinguent des frais de maintenance, de gestion, de renouvellement (à partir de 5 années de vie des ouvrages immobilisables), d’énergies et fluides, sont de l’ordre de 500 K€ par an. En ce qui concerne la ligne elle-même, on peut retenir à ce stade une valeur d’environ 25 k€ par km pour les coûts de maintenance annuelle.
Ces coûts seront affinés lors des phases ultérieures des études.

Vos questions

Consultez vos avis, questions et contributions adressés durant la concertation

La presse

Découvrez les dossiers et communiqués de presse sur le projet

Infos sur le projet

Suivez l’actualité sur le compte twitter

 

Recevez l'actualité par mail en vous abonnant à la newsletter

Stay informed - subscribe to our newsletter.

Les études préalables à l’enquête d’utilité publique sont financées par :