Saturation ferroviaire

1) Pourquoi une seconde ligne ferroviaire est-elle nécessaire pour répondre aux besoins de déplacements ?

Les besoins de déplacements vont continuer à croître sur la bande littorale où vit 80 % de la population régionale sous l’effet conjugué :

  • de la croissance démographique : + 18 500 habitants par an
  • du développement économique
  • de l’allongement des distances domicile / travail
  • de la hausse du niveau de vie

Il faudra absorber 30 millions de déplacements supplémentaires chaque année en Provence Côte d’Azur jusqu’en 2025.

Or,

  • les capacités du réseau routier existant ont atteint leurs limites malgré les derniers investissements engagés ou prévus (A57 à 3 voies…) et de nouvelles infrastructures ne sont plus vraiment à l’ordre du jour (le projet de doublement de l’A8 n’a pu être mené à son terme).
    Les déplacements à la loupe
  • les travaux engagés et à venir sur la ligne ferroviaire existante (qu’il s’agisse de rénovation de l’infrastructure ou d’amélioration des conditions d’exploitation) permettront d’accompagner pour quelques années l’augmentation du trafic. Mais les capacités de cette ligne unique sont déjà atteintes en heure de pointe

2) Pourquoi un doublement le long de la ligne existante n’a-t-il pas été retenu ?

Construire une ligne nouvelle le long de la ligne existante a été étudié par SNCF Réseau. L’évaluation de cette solution met notamment en évidence :

  • des impacts considérables sur le tissu urbain sur une grande partie du linéaire du littoral Provence Côte d’Azur
  • des impacts importants sur l’environnement naturel, la ligne existante longeant la côte entre Marseille et Vintimille
  • des travaux de doublement à réaliser à proximité des voies actuelles impliquant de fortes perturbations sur le trafic ferroviaire TER, inter-cités, TGV et fret, sans possibilité d’alternative. Pour mémoire, le doublement d’1/3 du linéaire de la ligne Aix-Gardanne-Marseille a conduit à des perturbations du trafic sur plusieurs années et même à l’obligation d’une fermeture de la ligne pendant plusieurs mois
  • des coûts supérieurs à la réalisation d’une ligne nouvelle

3) Quels sont les travaux d’amélioration qui vont être réalisés sur la ligne existante ?

Dans le cadre des 2 premières priorités du projet, les travaux d’amélioration qui sont prévus sur la ligne existante sont les suivants :

Priorité 1

  • mise à 4 voies de la ligne existante Paris-Lyon-Marseille de la sortie Sud du tunnel de Marseille au raccordement à la ligne à grande vitesse Méditerranée
  • mise à 4 voies dans la vallée de l’Huveaune
  • doublement partiel de la ligne Cannes-Grasse et création de deux raccordements ferroviaires

Priorité 2 

  • aménagement de la gare de Toulon
  • doublement partiel de la ligne la Pauline-Hyères et l’aménagement de la bifurcation vers Hyères

Par ailleurs, d’ici 2020, des aménagements importants vont être engagés sur le réseau existant afin de permettre la circulation d’un plus grand nombre de trains, tout en améliorant la fiabilité et la sécurité du réseau. Il s’agit de :

  • travaux d’amélioration des performances de la ligne entre Mandelieu et Vintimille (CPER)
  • création de voies à quai supplémentaires dans les gares de Cannes, Antibes et Cagnes-sur-Mer
  • aménagement des quais dans les gares de Ranguin, La Frayère, Saint-Laurent-du-Var et Nice Ville
  • extension du doublement de la ligne Marseille - Aix en Provence pour permettre, à terme, avec la création de la gare souterraine de Marseille, d’atteindre 6 trains/h/sens
  • modernisation des voies entre l’Estaque et Arenc, à Marseille, pour améliorer les temps de parcours et passer à 4 trains/h/sens
  • modernisation de la ligne Aix en Provence - Étang de Berre : l’ouvrir au trafic voyageur (ligne actuellement réservée au fret)
  • modernisation et renouvellement du réseau pour offrir une meilleure qualité de service : réduire les ralentissements, améliorer le confort des voyageurs, la régularité...
  • création de nouvelles haltes dans l’aire toulonnaise dont notamment la halte devant desservir l’hôpital intercommunal de Sainte-Musse
  • aménagement de gares à l’ouest et à l’est de l’agglomération toulonnaise pour la gestion des terminus TER
  • création d’une troisième voie entre Toulon et La Pauline, indispensable pour accroître le nombre de liaisons TER et la gestion des arrêts
  • aménagements capacitaires pour le trafic fret